Le New pour tous le forum convivial et ouvert à tous


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LE CHIKUNGUNYA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: LE CHIKUNGUNYA   Sam 29 Déc - 10:30:01

LE CHIKUNGUNYA


Définition :

Sens large : problème concernant la santé d’une population l’état sanitaire d’une collectivité. (OMS)

Santé public : étude d’une partie des déterminants physique, psychosociologique, et socioculturel de la santé d’une population et d’autre part des actions en vue d’améliorer la santé d’une population.

Chikungunya : c’est une maladie due à un virus (arbovirus) transmit par les moustiques. Le nom de cette zoonose (maladie animal transmissible à l’homme) signifie en Souahéli « marcher courbé », décrivant l’attitude des personnes atteintes par le virus. Elle se manifeste surtout pendant la saison des pluies quand la concentration de moustique est la plus forte.

Chikungunya : c’est une maladie infectieuse tropicale due à un arbovirus, transmise par des moustiques du genre Aedes. Le nom est d’origine bantoue et signifie : « qui se recouvre, qui se recroqueville », à l’image des feuilles tombées des arbres qui se recourbent en séchant ; on a aussi traduit Chikungunya en français « maladie qui brise les os » ou « maladie de l’homme courbé » car elle occasionne de très forte douleurs articulaires associées à une raideur, ce qui donne aux patients infecté une attitude courbé très caractéristique.
La transmission du virus d’un malade humain à un moustique se fait par le sang aspiré lors de la piqûre. La contamination d’un homme sain est réalisé par al salive d’un moustique infecté quelques jours ou quelques semaines auparavant. Seuls les moustiques femelles piquent.
Parmi plus de 950 espèces de moustiques, plusieurs d’entre elles sont susceptibles de transmettre le Chikungunya, mais seule Aedes aegypti et ades albopictus ont été à ce jour identifiées comme vecteur épidémique, à cause de leur adaptation aux zones d’habitat humain. Ces même espèces sont également impliqué dans la transmission d’autres arbovirus : dengue, fièvre jaune ext …

Epidémiologie :

Depuis 2005, 207 000 personnes sont infectées.
157 000 personnes contaminées en un an (2006) soit 1réunionné sur 5 contaminé. 45 000 nouveaux cas ont étaient enregistré entre le 12 et le 19 février 2006.
Cependant, il y a un espoir au milieu de ces chiffres alarmant : la CIRE (cellule interrégionnal épidémiologique) affirme que l’épidémie se stabilise.

En France, le risque d’être contaminé par ce virus est très faible. On a importé 869 cas et 808 on étaient confirmés. Aucune mort n’était recensé en France.





Localisation :

On dénombre 2 principaux foyers de Chikungunya :

- l’un asiatique, qui frappe régulièrement Java, ou l’Inde (près de 1,3 millions de personnes infectées)
- l’autre africain. Les scientifiques du Centre National de références des arbovirus de l’institut pasteur ont identifié dès le mois de mai 2005 le virus à la réunion.


Mode de transmission :

La transmission directe du virus d’homme à homme n’existe pas. La transmission est dite indirecte car elle nécessite la présence d’un moustique : aedes aegypti ou albopictus essentiellement.
Il existe une transmition in utéro du virus de la mère à l’enfant.
En piquant une personne infecté, le moustique récupère le virus et peut ainsi le propager à une personne saine.

Les symptômes :

Les premiers symptômes peuvent faire penser à une crise de paludisme ou de grippe et ressemble à la dengue.
La maladie peut passer inaperçue et se manifeste en moyenne 4 à 7 jours après la piqûre infectante, par l’apparition soudaine d’une fièvre élevées associée à des maux de tête, et à d’importantes douleurs musculaires et articulaires touchant les extrémités des membres (poignets, chevilles, phalanges) qui peuvent persister plusieurs semaines.une éruption cutanée peut également apparaître. Des hémorragies bénignes à type de gingivorragie (saignement de gencive) et d’épistaxis (saignement de nez) sont également possibles, surtout chez l’enfant.
La maladie, d’évolution spontané le plus souvent favorable, peut dans certain cas entrainer une fatigue prolongée et des douleurs articulaires récidivantes parfois invalidantes. Quelques cas de forme grave dont des formes neurologique, des atteintes cardiaques ou hépatiques ont étaient signalés.

La maladie chez l’homme est caractérisé par :
- une apparition des symptômes de 4 à 7 jours
- une fièvre soudaine qui dure de 2 à 5 jours accompagnées de maux de tête
- des douleurs aux extrémités des membres
- D’autres symptômes peuvent apparaître : conjonctivite, éruption cutanée, nausée
- Des douleurs persistantes aux articulations pendant plusieurs mois
- L’existence de formes plus grave à l’exemple d’une encéphalite
- Un risque de transmission de la mère à l’enfant au 9éme mois de grossesse.
Enfin, celui qui est atteint de la maladie développe une immunité à vie.






Traitement

Il n’existe aucun traitement mis au point a ce jour, faute de traitement étiologique les traitements sont avant tout symptomatique :
Contrôle de la fièvre avec du paracétamol on peut utiliser de la morphine ou prendre des antalgiques et des anti-inflammatoire non stéroïdiens et le repos est recommandé.
Il est important de consulter un médecin en cas de signes évocateurs, d’une part pour éviter d’ignorer un autre diagnostic, d’autre part pour adapter le traitement, notamment en cas de pathologie associé et dans tout les cas pour les enfants.
Il n’existe a ce jour pas de thérapeutique spécifique contre le Chikungunya ; Des études scientifiques ont été réalisé pour jugé de l’efficacité d’un antipaludéen, la Nivaquine, mais les études in vivo entreprises n’ont pas a ce jour démontré d’efficacité spécifique.
De plus le vaccin contre le Chikungunya n’a pas été encore trouvé donc il n’existe pas non plus de traitement préventif : seul un vaccin expérimental à été développer par l’institut de recherche de l’armée des États-Unis.
La recherche continue à partir du génome viral du Chikungunya donc un possible Vaccin Anti-arboviroses est envisagée mais cela sera probablement long.
De plus une étude est réalisé sur les singes (porteur du Chikungunya) elle permettra d’en savoir plus sur le réservoir animal ainsi que son rôle dans l’épidémie.


Dispositif des établissements sanitaire et collectif

Les établissements sociaux et médico-sociaux doivent être attentifs à la protection de leurs usagers contre le chikungunya :

o en veillant à la propreté de leur environnement et en procédant à l’élimination régulière des gîtes larvaire (point d’eau stagnante favorisant la ponte et la multiplication des moustiques)
o en ayant un recours, en cas de besoins a des entreprises ou services publics de démoustication
o en équipant les chambres de moustiquaire
o en s’assurant de l’utilisation régulière des répulsifs

Tout nouveau cas d’infection doit être signalé à la CIRE par l’intermédiaire du médecin traitant, au moyen d’un formulaire pré-etablie ; il doit être aussi indiqué au numéro vert 0800 110 000 ainsi qu’à la DDRASS

La prise en charge médicale

La prise en charge médicale des malades atteints de chikungunya ne nécessite pas l’hospitalisation dans l’immense majorité des cas. Le maintien des patients à domicile doit être privilégié.

La prise en charge en établissement de santé

Le dispositif mis en place est un dispositif gradué en fonction de la situation épidémique qui mobilise les établissements de santé selon une mise en réseau. Les dispositifs mis en œuvre portent à la foie sur l’organisation et la mobilisation des ressources spécifiques aux activités de soin et sur d’autres comme la prévention et la formation du personnel.

Il met en œuvre pour son établissement un plan de prévention comprenant :
Un programme de lutte anti-vectorielle (repérage élimination ou surveillance)
En liaison avec le CLIN, un plan de protection des usagers et des personnels, contre les piqûres du vecteur (moustiquaire, serpentins, diffuseurs…)
En liaison avec la DRASS un plan de formation spécifique à l’attention des agents chargés de la lutte anti-vectorielle et des professionnels de santé susceptibles d’intervenir dans le domaine de l’éducation pour la santé ( maternité médecine néonatale et réanimation infantile ,…)

Surveillance du moustique

En l’absence de vaccins et de médicaments pour lutter contre la maladie, les mesures visant à réduire les densités de moustiques restent des mesures très efficaces pour limiter la transmission du virus.
Depuis juin 2006 un réseau de surveillance entomologique a été mis en place afin de suivre les densités de vecteur. Ce réseau a pour objectif principale de suivre l’évolution temporelle des densités de vecteur. La connaissance des ces densité permet d’informer régulièrement les municipalités en vue d’orienter les actions de médiations auprès de la population d’orienter les brigades de lutte anti-vectorielle.
Un volet « recherche » en lien avec l’institut de recherche et de Développement, est en cours, pour l’élaboration d’un modèle permettant d’anticiper l’évolution des densités vectorielles. Ce modèle devra également s’appuyer sur des données épidémiologiques et environnementales.

La Prévention et la lutte :

Vu qu’il n’existe aucun traitement n’y vaccin le contrôle de la maladie réside donc dans la lutte contre le vecteur et l’aménagement de son environnement.

Il existe deux stratégies de lutte :
La lutte anti-vectorielle qui est destiné a tué le moustique, elle a deux composantes :
- larvicide, dirigé contre les larves de moustique
- adulticide dirigé contre les moustiques adultes avec un épandage aériens à très bas volume
- ensuite une introduction d’agents de lutte biologique comme le Bacillus thuringiensis peut-être faite
-
Il y a aussi la lutte communautaire : elle est de la responsabilité de tous avec :
- Destruction des gites potentiels autour des habitations (eau stagnante dans les vases, sceaux et les détritus…) pour priver les moustiques de leur site où leur larve se développe.
- Interdiction de faire entre des animaux de provenance d’une zone infecté
Les préventions individuel sont dirigé contre les piqures avec :
Répulsif (matin et soir), spray, crème, diffuseur électrique, serpentin, vêtement long et clair et des moustiquaires imprégné de répulsif.
La protection des femmes enceinte et des très jeunes enfants est renforcé.
Le moustique vecteur pique essentiellement la journée (en début de matinée et en fin de journée) et à l’extérieur des habitations.

Le Chikungunya fait partie de la liste des maladies à déclaration obligatoire en France métropolitaine, aux Antilles et dans le pacifique français mais pas a la Réunion ou il est endémique. Il ne suffit pas de se protéger soi-même, il faut aussi penser a la communauté. Il existe pour ce faire un dispositif de surveillance à l’INVS.


Action gouvernementale

Lors de la réunion de GIP SRP : service prophylaxie de la Réunion a définie pour objectif :

o le suivie épidémiologique des arboviroses et des affections paludéennes à la Réunion et dans l’Océan Indien et d’alerter des pouvoirs publics
o l’organisation de la lutte communautaire biologique, mécanique et chimique contre le paludisme et les arboviroses
o l’action de coopération régionale sur les thèmes évoqués précédemment

Actualité :

L’apparition de foyer autochtone en Italie an juillet 2007 (1er foyer européen).

Le 30 aout 2007 les autorités sanitaires italiennes ont rapporté qu’une épidémie de chikungunya sévissait depuis début juillet dans la province de Ravennes, Région Emilie Romagne.
Plus d’une centaine de cas sont survenus, pour leur grande majorité dans 2 communes voisines. Le cas index suspecté serait une personne revenant d’inde.

La transmission par aedes albopictus, si elle n’est pas encore démontrée, est probablement, d’autant que ce moustique a fortement proliféré cet été. Compte tenu de la densité vectorielle toujours élevée et du signalement de cas récents, il n’est pas exclu que la transmission se poursuive plus ou moins activement.
La réduction de cette transmission déprendra de l’efficacité des mesures de contrôle mises en place par les autorités italiennes.

Réflexion:

Il est important de préciser que la recherche stagne concernant le vaccin contre le Chikungunya car le profit ne serait pas au RDV lors de la distribution du vaccin dans les pays pauvres. Face aux changements climatique, l’épidémie ne devrait pas être qu’une question de rentabilité mais plutôt une question de vie ;

De plus l’épisode en Italie, atteste de la réalité du risque d’une transmission du Chik dans des zones Européennes du sud ; Notamment la France qui possèdent des conditions climatiques identique aux régions où sévit l’épidémie.
Donc personnes n’est épargné alors tant qu’il est encore temps de stopper l’épidémie pourquoi ne rien faire.
Revenir en haut Aller en bas
juandefanfan
6
avatar

Nombre de messages : 19706
Age : 69
Localisation : Là où il pleut tout le temps
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: LE CHIKUNGUNYA   Sam 29 Déc - 14:54:40

Merci de ces informations lili
c'est à se demander si avec le réchauffement de la planète ces maladies ne gagneront pas d'autres contrées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lou
4
avatar

Nombre de messages : 418
Age : 57
Localisation : auvergne
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: LE CHIKUNGUNYA   Sam 29 Déc - 16:08:44

les moustiques porteurs du Chikungunya sont déjà présents dans le sud de la france

_________________
Lou


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
juandefanfan
6
avatar

Nombre de messages : 19706
Age : 69
Localisation : Là où il pleut tout le temps
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: Re: LE CHIKUNGUNYA   Sam 29 Déc - 16:48:20

L'année prochaine je serai en Bretagne.
C'est à se demander quelles épidemies vont frapper l'humanité dans les prochaines années à venir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE CHIKUNGUNYA   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE CHIKUNGUNYA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le New pour tous le forum convivial et ouvert à tous :: ACTUALITES :: la sante , psychologie et bien -être-
Sauter vers: